Home >> À la une >> TEMPS DE LECTURE : 3 MINUTESALBUM / Humbug

TEMPS DE LECTURE : 3 MINUTESALBUM / Humbug

Titre : Humbug

Groupe : Arctic Monkeys

Année de sortie : Août 2009

Pays : Royaume-Uni

L’album en un tweet : « Humbug veut dire bonbon en anglais… En effet on se régale ! #ArcticMonkeys ».

Commentaires.  Troisième album des gamins de Sheffield, Humbug, ne s’est pas contenté d’être un simple melting-pot de mélodies pop. À l’inverse des deux premiers, il y a clairement un souhait de ne rien bâcler et chaque morceau est encastré dans une trame narrative dirigée d’une main de maître par son leader, Alex Turner. On sent d’ailleurs le besoin du groupe à s’imposer de manières définitives dans le paysage musical mondial, incluant avec l’album un packaging et une mise en scène des lives remarquable. Dès Favourite Worst Nightmare, certaines chansons tel que If You Were There Beware ou 505 laissent deviner de manière relativement feutrée la suite. Mais lors de l’introduction guerrière de My Propeller, le masque tombe. S’ensuit l’OVNI musical Crying Lightning, premier EP, et véritable césure psychédélique dans l’historique du groupe. Cette fois, c’est plus qu’une histoire de fringues et de cheveux longs, c’est avant tout la rencontre d’une voix et d’un univers. Les rythmes sont plus lents, à la basse Nick O’Malley joue comme jamais et Alex Turner prend conscience de sa voix, réduisant le nombre de mots par seconde. L’apogée vient alors avec Secret Door, gentille balade où s’entrecroise puissance et douceur pour finir en apothéose, sûrement l’une des plus belles chansons live du groupe. En véritable passage à tabac, les singes assènent à l’oreille du destinataire Potion Approaching, et plus tard Pretty Visitors qui semblent être les nobles combinaisons de plusieurs morceaux ancestraux, bien que par moment, on ait envie de les retenir dans leur folie. Suite au titre phare Cornerstorne, Dance Little Liar prolonge l’épopée magistrale de cet album hors du commun et c’est en véritable triomphe que l’album s’éteint sur The Jeweller’s Hand, LE chef d’oeuvre du groupe.
Avec Humbug, c’est le passage de l’adolescence à l’âge adulte. Ca y est, les petits mecs aux cols roulés imposent une maturité agaçante, tant le voyage est majestueux.  Malgré les détracteurs, cet album ne sera jamais oublié, il impose une véritable maîtrise musicale et un concept qui s’étend au-delà. Actuellement, plus que deux chansons ne sont jouées en live tant il est impossible de scinder cette pépite et de faire mieux que le Humbug Tour.

Contexte. Après une échappée en solo de son leader, les Arctic Monkeys reviennent en force avec un nouvel album surprenant et bien loin des spéculations de leurs fans. C’est en traversant l’Atlantique, que les Monkeys ont recherché l’inspiration pour donner vie à un album plus sombre et plus mature. Grâce à des producteurs de talent tel que Josh Homme et James Ford, ils ont en effet trouvé la force de lâcher le monstre qu’ils retenaient depuis Favourite Worst Nightmare, créant alors une véritable rupture avec leur passé.

Instant dispensable : Les 10 dernières secondes de blanc lors de Cornerstone…

Instant indispensable : Les intros de Pretty Visitors et The Jeweller’s Hands pour leurs mélodies funestes et fantomatiques ainsi que les choeurs de sorcière d’Alison Mosshart.

Rider :

– Lieu : un chemin près d’un lieu un peu sordide comme Le Fangtasia ou le Château de Bran (accessoirement Château de Vlad III l’Empaleur aka Dracula.)

– Météo : Du brouillard ultra épais avec une éclaircie le temps de Cornerstone.

– Mood : perdu, angoissé.

– Boisson : pour rester dans le côté sanguin de la chose, du « True Blood ».

Ce qu’en diront les autres : « l’album de la maturité, digne d’un groupe à l’apogée de sa carrière, un véritable bijou » – NME

Pourcentages : 98%

Avis du conseil : Mention très bien. La dissertation sur l’étrange et le paranormal va au-delà de nos espérances. N.B: Gardez la tête froide.

Suite logique : Finir le niveau  « Manoir du Roi Boo » sur Super Marion 64

Article rédigé par Magalie Laur

(A)parté pas si vite !

« Oka Amazonie: Une forêt habitée » s’implante au Muséum de Toulouse

Le Muséum de Toulouse consacre une nouvelle exposition sur l’Amazonie. Considérée comme le poumon vert …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *