TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTESLa relation entre les jeux vidéo et le cinéma

Au début des années 70, le jeu vidéo entre dans l’industrie du divertissement. Et c’est à le même époque que les grandes major du cinéma achètent des sociétés concevant des jeux vidéo. Ces deux secteurs se font les yeux doux pendant quelques années jusqu’à la rupture en 1983, période de crise du jeu vidéo. Mais dans les années 1990, le jeux vidéo reconnaît une période de croissance et à nouveau les grandes industries cinématographiques remettent quelques billets sur elle. Bref, une histoire de  » je t’aime moi non plus »  et surtout une histoire de gros sous.

Hors cette histoire économique, l’imaginaire du jeu vidéo dans le cinéma commence avec Tron en 1982 mais, par la suite, de vrais supports pixelisés franchiront le cap de la toile blanche.

Veuillez m’excuser par avance mais je ne pourrais pas tout citer, si par malheur j’oublie votre jeu préféré, j’en suis profondément désolé …

(c) Eric Caro

Quand le cinéma donne vie au virtuel

L’industrie du cinéma a eu la bonne idée de s’inspirer des jeux vidéos pour en faire des films afin de séduire les gamers. Ce n’est pas pour autant que le passage de l’univers 8bit à la réalité fut simple.

Le premier film est celui du plombier à casquette rouge mondialement connu. Super Mario Bros voit le jour en 1993, et il n’a pas eu le succès escompté. Il fut rapidement retiré des écrans car il n’était pas approprié aux enfants. Le prochain jeu à avoir été aspiré par les géants hollywoodiens est Street Fighter, avec le grand Jean-Claude Vandamme, en 1994. Encore une fois, c’est une grosse déception ! Ce film digne d’une bonne série B essaye de mettre en scène un jeu qui n’a que pour but de démolir l’adversaire. Étant l’un des gros jeux de l’époque, c’était un bon argument pour proposer à tous les fans une version scénarisée. Le reste de cette décennie est plutôt calme pour la suite des adaptations. Et c’est au début des années 2000 que les adaptations refont une entrée dans les salles de cinéma avec deux gros blockbusters à gros budget. Je parle de Tomb Raider et de Resident Evil. Ces adaptations ont réussi à se sortir du film « cheap » et surtout à séduire le grand public. C’est ainsi que l’on voit Mark Wahlberg dans Max Payne, Jake Gyllenhaal dans Prince of Persia ou encore The Rock dans Doom. Le jeu video est ancré dans la machine hollywoodienne avec quelques sorties prévues pour les mois a venir. Ami gamer vous serez peut être attentif aux noms suivants : Gears of war, Uncharted: Drake’s Fortune, Kane & Lynch et Warcraft. Le jeu vidéo a encore de beaux jours devant lui dans les salles obscures.

Continuer l’aventure dans son salon

La relation entre ces deux divertissements n’est pas unilatérale au contraire, le jeu vidéo exploite aussi la richesse que propose le cinéma. Dans ce cas, on voit que les développeurs choisissent deux axes de production.

Un film qui s’annonce comme un blockbuster se doit d’avoir une sortie sur consoles et si possible les deux sortent en même temps. Seul petit problème c’est qu’il faut entre 18 et 24 mois pour la création complète d’un film et 36 mois pour la conception d’un jeu vidéo, ce qui laisse quelques petites incohérence entre les deux scénarios. Ce type de jeu propose juste de revivre les scènes du film avec des nouveautés venant enrichir l’histoire. Harry Potter, Le seigneur des anneaux ou encore Spider-man, pour ne citer qu’eux, ont eu une autre vie en dehors de la pellicule.

L’autre aspect, c’est de s’éloigner du cadre original du film pour créer de nouvelles histoires. Le roi du merchandising, alias George Lucas, produit lui même via sa société les jeux vidéo de la licence Star Wars. En tout, on dénombre plus d’une vingtaine de jeux. Il y a un parti prit pour approfondir l’univers déjà existant ou continuer les histoires. L’univers de Matrix a aussi été sollicité par ces propres réalisateurs. En donnant une autre vision du film «  Matrix Reloaded » en ne jouant pas le personnage principal mais des avatars secondaires. En général, ces suites sont surtout axées sur l’esprit communautaire que propose les jeux en réseaux.

Des acteurs polyvalents

Les acteurs sont de plus en plus sollicités pour jouer dans un jeu vidéo. En effet avec les avancées technologiques, l’animation devient extrêmement réaliste. Le motion capture permet d’enregistrer le moindre mouvement ou expression du visage, ce qui donne un aspect très humain aux personnages. L’un des derniers en date est l’acteur Aaron Staton ( Mad Men) qui a le rôle principale dans le jeu L.A Noire. Daniel Craig prête aussi son corps et sa voix pour les adaptations de James Bond.

Faire une liste de tous les acteurs ayant participer à un jeu vidéo serait bien trop long à faire. Je vous redirige vers ce site qui a fait un top 30 des acteurs doublant un personnage et vous serez étonnés à coup sûr.

Article rédigé par La rédaction Aparté.com

(A)parté pas si vite !

Germaine Chaumel: une photographe à l’oeil humaniste

Le conseil départemental de la Haute-Garonne met à l’honneur, dans une double-exposition gratuite, le travail …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *