Home >> Culture >> Critiques >> TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTESALBUM / Dope D.O.D. « Branded »

TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTESALBUM / Dope D.O.D. « Branded »

Titre : Branded
Artiste : Dope D.O.D.
Année de sortie : 2011
Pays : Pays-Bas

L’album en un tweet : « What happened ? »

Commentaires. Je vais éviter le cirque de la crise, cet état de fait universel qui gangrène à peu près tous les sujets qu’on peut lire ou entendre à droite à gauche… bon, en fait si. Alors voilà : avec ou sans crise (mais on adorerait trouver une corrélation, ça sonnerait plus actuel), le hip-hop connaît une mutation certaine depuis la fin des années 2000. Pourquoi ? J’en sais foutre rien, d’ailleurs j’arrête là mon speech de faux-connaisseur. La seule chose que je peux vous affirmer, c’est que cette mutation a donné un intérêt assez conséquent à mes oreilles pour qu’elles acceptent de se faire insulter en continu sur des beats baveux. Je peux aussi vous dire qu’il y a des artistes que je suis de très près du coup, tant cette transformation a donné à mes yeux de la légitimité, et se défait réellement et avec ambition du gros stéréotype que j’avais de la musique rap en général. Au même titre que les rappeurs ont très certainement des stéréotypes ridicules vis-à-vis du rock, j’en avais (et en ai encore) vis-à-vis du rap. Mais ce que je dis est un stéréotype… mais passons. En tout cas j’apprends à apprécier ce genre de musique. Et cet album du collectif hollandais Dope D.O.D. est très certainement un des disques les plus modernes que j’ai pu écouter. « Moderne » dans son sens le plus pur, à ne pas confondre avec « visionnaire » ou « avant-gardiste » ; juste de plain pied dans son époque, à la croisée du phrasé assassin et sauvage des 90’s, enfin soutenu par des instrus qui râclent, allant piocher dans l’électro voire même la dubstep. C’est tout con, mais ça donne envie de mettre des coups de poing dans le vide et de faire semblant de rapper en faisant des gestes à la con, comme Eminem au début de 8 Mile. Et justement, c’est aussi parce que ça nous rappelle un peu de notre enfance, quand on trouvait – à juste titre, le blanc-bec de Detroit cool. Avant qu’il ne « rappe » avec Rihanna par exemple…

Contexte. Les trois MC sortent une première mixtape en 2008. Mais c’est le 1er janvier 2011 pétant qu’ils attirent les regards avec le clip de What Happened, à la rythmique implacable, dont vos épaules ne se remettront très certainement pas. L’album complet, un 17 pistes tout de même – marque de fabrique encore intacte du hip-hop, n’est paru qu’il y a quelques semaines.

Instant dispensable. Il n’y a pas d’instant réellement dispensable, juste une petite lassitude qui s’installe lorsque, comme moi, un 17 pistes vous semble un peu long, surtout lorsqu’il ne s’agit pas de votre genre de prédilection.
Instant indispensable. Pareil que ce qui est décrit plus haut. Même si les beats incisifs et insaisissables de Psychosis, Gatekeepers ou même Slowmotion vous restent. Cette dernière a par ailleurs la faculté de gentiment vous agresser alors qu’elle inciterait plutôt à allumer une cigarette illicite… Dope D.O.D. dans toute sa splendeur.

Rider :
– Lieu : les soirées cool que vous passez avec vos amis. Ceux qui n’aiment pas le rock, hélas. Ça tombe bien…
– Météo : de nuit, mais c’est vraiment pas d’une grande importance.
– Mood : on se sent pousser des ailes. Nous aussi on a envie d’être fan de hip-hop, on met des sweats à capuche et on fume pour faire comme les copains. Ambiance.
– Boisson : l’hydroponique est ta seule et unique arme ce soir.

Ce qu’en diront les autres : bizarrement le CD est passé inaperçu, alors qu’il est plein de qualités… justement, je serais curieux de savoir ce qu’en auraient pensé les autres. Y’en a que les instrus dubstep vont clairement freiner, alors que Skrillex fait des mixtapes pour NRJ. Je les comprends quelque part, mais pitié les mecs, passez outre ce triste constat.

Avis du conseil : le hip-hop devient alternatif. Ça a de la gueule en vrai.

Suite logique. Lever le bras en rythme lors d’un de leurs concerts. En néophyte absolu du genre, ça a l’air assez ultime à voir. Ça tombe bien aussi…

Pourcentage : 70%

En concert au Bikini le 21 janvier prochain.

Article rédigé par Matthias Haghcheno

(A)parté pas si vite !

Un huis-clos dans l’invisible violence des couples lesbiens

Pour la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, le dimanche …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *