Home >> Culture >> Critiques >> TEMPS DE LECTURE : 3 MINUTESCONCERT / The Kills au Bikini

TEMPS DE LECTURE : 3 MINUTESCONCERT / The Kills au Bikini

©About.com

Groupe : The Kills
Lieu : Le Bikini (Ramonville-St Agne)
Date du concert : 16 novembre 2011

Le concert en un tweet : « Les mecs aux percus faisaient peur, mais c’était quand même un très bon concert. »

Commentaires :
On ne les attendait plus chez nous : le duo le plus sexy du rock alternatif s’est enfin permis quelques meurtres au Bikini, notre fierté nationale. Après une première partie dispensable (ça s’appelait WEEKEND, et pendant une fraction de seconde j’ai cru à The Weeknd… et merde), ils ont déboulé avec cette même fébrilité sexuelle, cette tension palpable par tous les pores d’une setlist chaude à point. Voir les Kills en live, c’est regarder le plus beau porno du monde, c’est mater le fessier appréciable d’Alison Mosshart tout en observant Jamie Hince tâter de son manche… Blague de rugbyman mise à part, leur jeu ambigu, jamais clair et donc parfaitement dosé, sert d’autant plus admirablement leur musique, guitares acides, en l’air et jamais clairement définies, posées sur des boîtes à rythmes d’outre-tombe, caverneuses à souhait. On retient les très bons morceaux du dernier album (Future Starts Slow, Satellite et son rythme reggae tout frais), et inévitablement les chefs-d’œuvre de Midnight Boom, avec son triptyque U.R.A. FeverCheap and CheerfulTape Song inoubliable, grandiose dans son manque de pudeur, dans les rugissements d’Alison et les modestes complaintes de Jamie. Oui : c’était bô.

Contexte :
Sur la tournée de Blood Pressures, et après avoir sévi cet Été dans la capitale pour Rock En Seine, ce fut une véritable chance pour moi que de les revoir à la maison, alors que je les avais loupés à St-Cloud quelques mois auparavant. Au sommet de leur gloire populaire, leur nombre de dates n’en finit pas d’augmenter… Merci à eux.

Sociotype
 : Moi qui m’attendais à voir la cohorte de hipsters toulousains habituels, j’ai été assez surpris par la variété – toute relative, calmons-nous – du public. Il faut dire que le groupe traîne une réputation live que l’adjectif « sulfureuse » ne suffirait même pas à qualifier, avec ceci une critique dans la poche depuis les débuts et Keep on Your Mean Side.

Ce qu’en diront les autres : J’ai d’ores et déjà recueilli des avis assez partagés, à mon grand étonnement tant j’ai été pour ma part enchanté. Assurer un concert quand on a une réputation si importante doit être à double tranchant… Et puis, les types aux fûts, en plus de faire flipper, ont peut-être effrité la synérgie propre au duo. Qui sait ? Moi j’ai aimé.

Avis du conseil : Continuez comme ça, mais faire les yeux doux aux professeurs ne vous aidera pas, Mlle. Mosshart.

Suite logique : Bon, l’événement ne nous aura pas aider à nous remettre de la peine de cœur que nous inflige la chanteuse depuis des années maintenant. Questions existentielles : si elle pesait 120 kg et qu’elle était moche, aurais-je toujours apprécié le concert à sa juste valeur ? Un concert des Kills sans le côté sexy est-il toujours un concert des Kills ?…

Ce soir, j’ai regretté… qu’ils aient fini sur une version pseudo-larmoyante de The Last Goodbye. En plus d’avoir tué un morceau magnifique, faire le cirque du pleurnichage, c’était hors de propos, et ça m’a gonflé. Ah oui, autre chose : ne pas avoir aperçu le fameux petit pas de danse glissé de M. Hince, quand il entre en transe. On ne m’en a dit que du bon !

Pourcentages : 80%

Article rédigé par Matthias Haghcheno

(A)parté pas si vite !

Un huis-clos dans l’invisible violence des couples lesbiens

Pour la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, le dimanche …

3 commentaires

  1. Ce n’est pas vous, les hipsters toulousains 😉 ?

  2. C’était tout simplement gé-nial. Vrai, les mecs aux percus faisaient peur haha mais ça rajoutait un truc tellement cool au concert… Au niveau du public, j’ai bien aimé le mélange de vieux (ouais ok entre 45 et 60 ans quoi), de gamins et de djeuns of course 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *