Home >> À la une >> Humeur >> TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTESTrending Tropiques #1 : « Il y a 10 »

TEMPS DE LECTURE : 4 MINUTESTrending Tropiques #1 : « Il y a 10 »

Aujourd’hui comme un rituel, mon ordinateur allumé, le petit oiseau bleu dans ma barre de tâches subit un clic de souris. A l’instar de la plupart des utilisateurs mes premiers balbutiements furent triviaux ( « cc @legolasdu31 ça va ce matin ? » ), mais à présent c’est sa dimension d’outils de communication et d’information qui prime.

Désormais, je me faufile donc entre les trending topics, ces mots-clés commun à plusieurs tweets écrits dans un laps de temps réduit. Plus simplement on dira « un buzz ».

Comme point d’attaque à une chronique centrée sur AZF, je m’attendais à avoir le choix parmi une pléthore de mots-clef. Mais rien n’y fait, la catastrophe est peut être trop sudiste pour twitter.

En tête de liste « AZF »… Trop simple pour baptiser ma chronique. En tout dernier, le mystérieux « Il y a 10 ». Parfait.

Nous y voilà, une véritable boîte de pandore, un déluge de concentré d’AZF. Le site nous offre les souvenirs des autres, que souvent l’on partage aussi. Car en effet, plus ou moins jeunes se souviennent de ce devoir de français du 21 Septembre 2001. C’est celui qui semblait être le plus anodin, mais qui se transformera en marqueur d’une journée noire.

Comme une impression de revivre l’explosion sur la toile, puisque minute par minute tombe le rapport d’un temps vieux de 10 ans.

Toutes ces anecdotes sont celles qui auraient pu créer le trending topic il y a une décennie, informer le monde entier avant même les caméras de télévision, prouver encore une fois la force de Twitter : l’immédiat.

Car si la personne suivante ne réagit pas forcément à AZF, elle soulève un point intéressant :

Twitter n’existait pas. On s’en fout, me direz-vous, car on se portait très bien sans et il en va de même pour Facebook. Mais si je vous disais que s’il avait existé, on se serait portés un peu mieux ?

Car son pouvoir de l’instantané est une vertu nouvelle que l’on peut utiliser sous toutes les coutures (relayer l’info, ou la créer)… Et dans toutes les situations. Ainsi, deux minutes après le séisme tokyoïte, Twitter s’enflammait déjà, alors même que toutes les lignes téléphoniques étaient coupées : L’internet par réseau 3G lui fonctionnait, les victimes sur-connectées d’ores et déjà twittant. On pouvait aussi suivre les incendies de Los Angeles en quasi direct, les habitants commentant l’avancée de la menace foyers par foyers.

Je m’imagine iphone à la main, quelques minutes après l’onde de choc, déjà au courant de l’explosion d’une usine dans ma ville. Sans doute que ça aurait eu le mérité d’apaiser quelques âmes, ce genre d’idées n’auraient traversé l’esprit de personne :

Car il est évident que la possibilité du terrorisme et de la guerre, quelques jours après Ground Zero, à été considérée de tous. Parfois même au détriment du probable : dans mon collège la rumeur voulait que ce fut une voiture piégée chez le concessionnaire d’à coté. Qui en voudrait autant à Opel ?

En outre, Twitter aurait suffit à lancer l’information, le bouche à oreille aurait pu prendre le relais. Tout Toulouse aurait très vite pu savoir la véritable nature du sinistre.

Mais au delà de l’information au sens « actualités », un tweet peut être une lumière dans la panique, une déclaration de vie. Les lignes téléphoniques saturées, toujours le téléphone à la main, on aurait pu faire parvenir un simple « je vais bien » à des proches. Une petite phrase qui au milieu des décombres et de l’incertitude n’aurait pas été de trop.

Premier « Trending Tropiques » très sérieux, je l’avoue, mais rédigé avec la nette impression qu’aujourd’hui l’oiseau bleu se rattrape. Des messages d’hommages, de soutien de part et d’autres de la France, affluent dans une timeline en deuil. Alors que la commémoration à Toulouse se révèle divisée et sujette aux débats agités, celle du web est spontanée et mélancolique.

« Il y a 10 », une manière de dire « Je vais bien » un peu en retard, d’écrire ce qu’on aurait écrit à l’époque, et de se souvenir.
Et pour les mauvaises langues qui nieraient toute intelligence à Twitter, une mention spéciale pour un message Re-Tweeté en masse ce matin, signé Eva Joly :

 

 

Par Léo Demeslay

 

Les autres pièces du dossier « AZF, dix ans après » sont disponibles ici.

Article rédigé par La rédaction Aparté.com

(A)parté pas si vite !

« La vraie vie des Toulousains » : un buzz WTF ?!

Avec 240 000 vues en dix jours, la vidéo « La vraie vie des Toulousains » fait …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *